1.JPG
 
 
 
LAETS_2869_allegee.jpg

L'Amour est très Surestimé

Une femme surgit d’un tas de vêtements. Elle a essayé d’y enfouir
ses doutes, ses questions trop vives sur son couple, ses dilemmes
indissolubles. Comme si, de ces dépouilles, témoins d’autres
histoires, elle pouvait exhumer la réponse à la difficile décision
qu’elle doit prendre. Un tour de manège, et une autre femme
vient prendre la parole à son tour, raconter la séparation de ses
parents, et sa douleur de femme devenue adulte. Cinq femmes
racontent ainsi la difficulté de vivre en couple, le bonheur et de la
douleur qu’elles y ont trouvés, les chagrins et les espoirs qui les
ont accompagnées dans cette vie partagée avec l’autre.


À travers l’articulation et l’exploration de cinq nouvelles du recueil
L’amour est très surestimé de Brigitte Giraud, la comédienne
Margot Naviaux cherche à donner à entendre la langue à la fois
implacable et fluide de l’écrivaine, et à faire surgir du plateau les
images évoquées par les mots. Des images tendues comme un
miroir où chacun peut se reconnaître ou se projeter. Par cette
transposition en solo, il s’agit de découvrir ce qui peut faire
théâtre dans cette écriture. Un voyage entre poésie, imaginaire,
corps et texte.

Téléchargez ci-dessous notre dossier de diffusion et contactez-nous à l'adresse: 

collectif.volucris@gmail.com.

 
MouetteEquipe-e.png

Notre Mouette

Mouette [de l'ancien anglais, maew] : oiseau aquatique marin

Tchekhov est partout. Il l’est depuis longtemps déjà, depuis que Georges et Ludmilla Pitoëff l’ont introduit en France par une première représentation de La Mouette en 1939. Mais sa présence sur les scènes s’est accrue ces dernières années. Allions-nous vraiment nous jeter dans cette “vague”, au risque de nous faire submerger ?
Nous avons compris que c’était avant tout un signe des temps, et que si là était notre envie, il fallait la suivre. Nous avons trouvé dans La Mouette un condensé de nos questionnements : la confrontation aux choix de vie et de carrière, les relations amoureuses et familiales, le rapport à l’art et à la réussite (passe-t-elle nécessairement par la célébrité ?). En tant que jeunes acteurs, récemment sortis du conservatoire et fraîchement débarqués dans le monde professionnel, nous nous reconnaissons dans les personnages que nous avons choisi de conserver dans notre adaptation de la pièce, pour l’occasion renommée Notre Mouette. Nous souhaitions proposer ce spectacle en plein air, au bord des lacs (ou tout autre plan d’eau), en contact direct avec la nature. N’ayant pas peur de nous soumettre aux caprices des conditions climatiques, nous suivons ainsi la prophétie édictée par Georges Banu : « Chez Tchekhov, la météo autant que l’espace auront, toujours, un fort impact sur les êtres ». Nous nous y accordons avec joie, nous adaptant sans cesse aux espaces que nous sommes amenés à habiter, et y insérant naturellement notre scénographie et nos corps. Pour ne jamais oublier que le spectacle est avant tout vivant.

 
 
Logo-Lundis-en-coulisse.png

“Les Lundis en coulisse” Action culturelle

Chaque mois, l’équipe du Collectif Volucris et Malraux Scène nationale recevront un(e) invité(e),
qui proposera à notre découverte des textes de théâtre contemporain de son choix, pas ou peu
connus, au cours d’une journée de lecture intensive. La lecture des textes, en découverte totale
dans l’instant, est assurée par les participant(e)s ! Les rendez-vous sont ouverts aux artistes et
technicien(ne)s du spectacle vivant, mais aussi aux étudiant(e)s, amateur(trice)s éclairé(e)s…
intéressé(e)s par la découverte de textes de théâtre contemporain*.

Les inscriptions aux rencontres se font par Internet, sur un formulaire en ligne
Framaform, il vous suffit de cliquer ICI

 

Calendrier Saison 2022-2023

10 octobre
2022
(Lun.)

→ Gislaine Drahy

20 février

2023
(Lun.)

→ Gilles Granouillet

17 juin

2023
(Sam.)

→ Le Pôticha
(Maëva Meunier et
Romain Nicolas)

28 novembre 2022
(Lun.)

→ Pierre Guillois

6 mars

2023
(Lun.)

→ La Cordonnerie
(Métilde Weyergans et
Samuel Hercule)

10 décembre 2022
(Sam.)

→ Invité.e CRR /
Univ. Savoie (en
cours)

24 avril

2023
(Lun.)

→ Chloé Bouiller

16 janvier

2023
(Lun.)

→ Philippe Minyana

22 mai

2023
(Lun.)

→ Bernadette Pourquié

→ Les rencontres se feront sur des journées entières, de 10h à 17h, avec une pause méridienne de 1h30 environ.

Gislaine Drahy, metteuse-en-scène du Théâtre Narration (Lyon), et fondatrice des « Lundis en coulisse », viendra inaugurer nos « Lundis » chambériens !


Malraux recevra Pierre Guillois dans le cadre de sa programmation saisonnière pour son spectacle Les gros patinent bien. À cette occasion, le metteur-en-scène prolifique, touche-à-tout, et proche des publics en tous genres, viendra nous présenter quelques-uns de ses textes.


Invité.e surprise CRR ! Karine Vuillermoz, enseignante de théâtre au conservatoire de Chambéry, et ses élèves, nous proposeront un invité de leur choix.
Surprise !!


Philippe Minyana est un auteur dramatique prolifique, qui a déjà une cinquantaine de textes publiés à son actif. Son nom reste cependant relativement peu connu du grand public : sa venue est une belle occasion de se rattraper ! Il sera présent à Malraux dans le cadre de la tournée de son spectacle Nuit.


L’auteur et metteur en scène stéphanois Gilles Granouillet, lui aussi peu connu du grand public malgré son œuvre si riche, nous gratifiera de sa venue pour nous présenter certains de ses textes, traduits et joués dans une dizaine de langues et de pays.
Les thématiques de l’intime et de la perte seront au cœur de cette journée.


Les artistes de La Cordonnerie (Métilde Weyergans et Samuel Hercule) sont invités à Malraux pour leur création Génération Woyzeck / S’engager ! Ils ont accepté de venir passer la journée avec nous pour nous faire découvrir leur écriture si particulière, où
les mots se mêlent au cinéma et au bruitage en direct.


Chloé Bouiller est une jeune comédienne sortie tout récemment de la formation du Compagnonnage Théâtre, au cours de laquelle elle a pu travailler pour Carole Thibaud au Théâtre des Îlets, CDN de Montluçon. Vous avez d’ailleurs pu la voir la saison dernière dans le spectacle Un siècle ! Elle se lance à présent dans l’écriture et la mise en scène de son solo Foutre, plein les yeux. Elle viendra nous présenter son texte, ainsi que d’autres, qui l’ont inspirée et accompagnée dans son parcours théâtral.


Bernadette Pourquié a le doux accent du sud-ouest, mais si à première vue, son écriture semble aussi ronde et chaude que son accent… il ne faut pas s’y fier ! Elle écrit sur à peu près tous les sujets, mais surtout les sensibles, et attention, elle pose les bonnes
questions, avec les bonnes formules ! Elle nous apportera plusieurs exemples de son écriture éclectique et savoureuse.


Pour ce dernier rendez-vous de la saison, il nous paraissait important de faire la place à une maison d’édition. Le Pôticha est complètement artisanale ! Maëva Meunier et Romain Nicolas ne récoltent que des textes courts et les cousent à la main. Cette maison d’édition se veut queer dans toutes ses démarches : textes non-oppressifs, inclusifs et transgressifs... Romain est elle-même une autrice transgenre, qui aura beaucoup à nous dire. Ça va décoiffer !

*Une fiche détaillant davantage le projet ainsi que les conditions de participation est disponible auprès du Collectif Volucris : collectif.volucris@gmail.com

Ces rencontres ne pourraient pas voir le jour sans l’aide de nos partenaires, que nous remercions chaleureusement :

 

Notre équipe

margot.jpg
adrien.jpg
lucile.jpg

Margot Naviaux

Adrien turlotte

Lucile Vérité

antonin.jpg
sarah.jpg
guillaume.jpg

Antonin Gauzy

Sarah Pilloni

Guillaume Doireau

 
petit-logo-losange.png

volucris [du latin, vɔ.ly.kʁis]: qui vole, oiseau, léger, éphémère

Le Volucris est un oiseau léger et éphémère, libre de son état, qui traverse discrètement certaines pièces de théâtre. Oiseau ancien, il appartient à différentes époques et différents styles. Rares sont les auteurs qui ont réussi à le faire apparaître de manière visible dans leurs pièces (Tchekhov fait partie des exceptions), mais son ombre est bien présente dans beaucoup d’œuvres dramatiques et littéraires. C’est dans cet état d’esprit – celui de vouloir révéler la part de rêve dans chacun des textes qu’il aborde – que le collectif a pris le nom de ce drôle d’oiseau, génitif du latin volucer, pour se donner l’élan et la légèreté nécessaires à la bonne réalisation de tout projet de théâtre aujourd’hui. Ce nouveau piaf à la tête dure est né en 2017 de ses nombreux parents : Margot, Adrien, Lucile, Antonin, Sarah et Guillaume. Il vit en milieu tempéré, entre la Savoie et l’Occitanie, et on lui a remarqué ces derniers temps un goût prononcé pour les rivages lacustres. On lui souhaite longue vie.

 

Merci pour votre envoi !